top of page
Logo-ARBRE-Laurent-Hellot.png
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
  • Picto-mail
Rechercher

Orange et rouge

Dernière mise à jour : 14 janv.

Orange et rouge - Laurent Hellot

De toutes les couleurs qui existent, il fallait qu'elle choisisse celles-là !


Les deux mains sur ses hanches, l'homme fulmine devant le mur qu'il a devant, juste là. Quand il avait demandé à sa compagne de décorer la pièce, il ne s'attendait pas à ce qu'elle couvre un pan tout entier de presque incendie exacerbé, en une pseudo kermesse. Ses envies à lui allaient plutôt vers le neutre et le tamisé, et voilà qu'il se retrouve avec un feu d'artifice qui a explosé. Pour une fois qu'il lui confiait quelque chose à réaliser, il se découvre avec l'envie de tout recommencer. Il ne s'agissait pourtant pas d'un challenge démesuré, d'une compétition à celui qui allait le plus en jeter, mais simplement d'habiller leur chambre à coucher.

Se retournant pour examiner le reste de l'endroit, il soupire lourdement de haut en bas. Lui avait pris le temps de choisir avec soin le mobilier : bois clair et tons feutrés, douceur et sérénité ; tout cela pour se confronter à présent à une murale qui donne l'impression que la guerre est déclarée ! Qu'est-ce qui a bien pu lui passer par la tête, à sa femme, pour qu'elle se lâche au point de donner l'impression de vouloir tout révolutionner ? On ne se lance pas dans une fresque où l’orange et le rouge sont les seules couleurs exposées sans une raison valable pour le justifier ; et comment a-t-elle pu croire qu'il s'en satisferait ? Par quelle distraction espérait-elle qu'il n'aurait pas à le remarquer ou qu'il ne réagirait pas comme si elle avait décidé de tout brûler ? Ce qu'il ne comprend vraiment pas est la cause de toute cette gerbe soudain étalée. Il n'a pas souvenir de l'avoir vexée ou énervée. Il ne se rappelle pas avoir oublié de faire quelque chose qu'elle lui aurait demandé, ou du moins, rien qui n'aurait justifié des représailles d'une telle intensité.

N'y tenant plus, l'homme se pose sur le lit, puis finit par s'y allonger, contemplant le plafond, afin de retrouver un zeste de sérénité. Là au moins, face à cette surface de blanc cassé, il n'a pas les yeux qui pleurent de rage d'avoir été agressés. Il peut au moins réfléchir à la parade à envisager. Il ne s'agirait pas de créer un conflit d'entrée, surtout que sa compagne est partie et ne rentrera qu'en fin de journée. Doit-il dès à présent tout dissimuler, au risque de la fâcher, mais qu'au moins, il ait le loisir de souffler ? Ou serait-il plus diplomatique d'entendre sa version des faits, afin de ne pas risquer la dispute exacerbée ?

Le regard dans le vague, l'homme réfléchit à la meilleure stratégie à adopter, pour que ces travaux qui auraient dû se parachever dans la joie et la paix ne virent pas à la guerre de tranchées. Quand même : ce orange pétant et ce rouge presque violet ! Quelle impulsion délirante a poussé sa chère et tendre à se prendre pour un créatif sous LSD ? S'il repense aux jours derniers, il n'a pas souvenir d'un événement qui aurait pu entraîner un tel déferlement d'énergie sur ce mur face auquel ils sont tous les deux censés se reposer ; comment dormir ainsi quand on a l'impression que le soleil est toujours allumé, alors qu'il est minuit et qu'il est temps de pioncer ?

Jetant de nouveau un coup d'oeil à cette fresque qui l'agresse comme il faut, l'homme reste perplexe sur le sens et les conséquences de cet acte qui le dépasse par trop. Là encore, il se force à se replonger dans les derniers jours écoulés, à la recherche d'un indice qu'il pourrait décrypter, d'un je ne sais quoi qu'il n’aurait pas remarqué, d'un message qu'il n'aurait pas considéré. Il ne veut pas se retrouver comme deux ronds de flanc quand sa femme va rentrer, sans savoir sur quel pied danser, ce qui ne saurait d'ailleurs pas tarder. D'aussi loin qu'il se rappelle, il lui a toujours fait confiance dans les choix qu'elle a faits, pour elle, pour lui, pour avancer dans leur vie... du moins jusqu'à aujourd'hui ! S'ils ne sont pas toujours d'accord sur certaines décisions, en majorité, ils ont toujours réussi à se retrouver au centre d'un accord parfait, surmontant aventures et difficultés, pour au final rester ensemble et constituer ce couple qui fait sa fierté. Chacun de leur côté, ils ont aussi avancé dans leur vie professionnelle, et savoir qu'un autre attend de voir ce que vous avez réalisé pour vous en féliciter est d'ailleurs une grâce dont l'homme n'arrive pas à se lasser.

S'asseyant sur le lit, l'homme revient à la raison et se demande enfin pourquoi ces quelques coups de peinture le secouent à ce point, au fond. Somme toute, il ne s'agit pas d'un accident fatal, d'un drame phénoménal, d'une catastrophe magistrale ; en quoi ce soudain accès d'émancipation coloré devrait-il constituer un problème dans leur vie bien réglée ? Jusqu'ici, il n'est rien qu'ils n'aient pu surmonter, pas de dispute qui n'ait pu s'apaiser ; ce hiatus pictural sera, au pire, l'acte premier d'une engueulade banale, au mieux, l'accès à une bonne tranche de rigolade. Il n'en demeure pas moins que l'origine de cette impulsion qui a pu conduire sa femme exploser tous les codes avec un tel entrain le plonge dans une perplexité sans fin. Qui sait si elle ne va pas recommencer quand il aura le dos tourné, refaire le salon en rose bonbon, la salle de bains couleur champignon, l'entrée avec des carrés et des ronds ?


Un bruit de porte fait soudain sursauter l'homme, au son duquel il se met debout d'un bond. C'est parti, à nous les grandes explications ! Sans urgence, il décide cependant d'attendre que sa femme le rejoigne, car il sait qu'elle monte se changer à peine rentrée ; il n'a qu'à patienter pour voir ce qui va se jouer.

Quand sa compagne franchit la porte de la chambre, l'homme n'a pas le temps de cogiter qu'il est saisi par le rayonnement de son visage, en un bien étrange présage. Cette dernière s'arrête d'ailleurs net, quand elle l'aperçoit, immobile et tout droit, avant de s'exclamer :


  • Alors, fille ou garçon ?

  • Je te demande pardon ?


Il a fallu quelques instants à l'homme pour réagir, durant lesquels sa femme a patienté, juste le temps de pousser un énorme soupir. Se retournant alors sur une impulsion, il a contemplé de nouveau le mur, ses couleurs d'un orange et d'un rouge pétant ; et il a enfin embrassé ce qu'elles dessinaient, au-delà des coups de pinceau et des éclats de tous côtés, certes stylisée, certes esquissée, certes inachevée ; mais la forme claire et indubitable d'un bébé.


Et tandis qu'il saute au cou de sa femme, l'homme se dit que, finalement, cet orange et ce rouge ne seraient pas si mal pour la chambre de leur premier enfant.

bottom of page